Le rôle de la lecture à haute voix dans le développement de l’enfant ?



Pour cette après midi de reflexion,  fil conducteur était :
- Quelles histoires pour grandir ?
- Quelles relations entre le lecteur et lenfant ? 
Comment l'enfant qui grandit s'investit dans les histoires que nous lisons?
Quelles histoires pouvons-nous leur proposer afin qu'elles alimentent leur imaginaire, qu'elles accompagnent l’élaboration de leur personnalité?
 
Nous avons tout d'abord, fait  retour sur notre posture de lectrices.
Si nous avons dégagé du temps dans notre vie pour lire à des enfants,  c'est que nous aimons lire et partager.
Gratuitement, bénévolement, cela se révèle gratifiant et fécond pour les enfants ; certes  pas toujours au comptant!
Chaque enfant puise dans les histoires ce dont il a besoin en toute liberté.
Ce que transmettent les histoires, pas plus que ce qui en est retiré,  ne se quantifie.
Nous n'avons d'ailleurs aucun engagement pédagogique ou thérapeutique, bien que des effets soient observables.
Le plaisir de lire, se transmet d'autant mieux que la lectrice elle-même prend plaisir à partager un album de qualité, œuvre à part entière tant par le texte que par les illustrations. Lire en respectant fidèlement le texte s'impose. C'est ainsi que s'authentifie la permanence du texte. Cela nous amène à respecter l'attention des jeunes enfants, souvent fugace, elle se soutient par notre vigilance à capter les regards notamment.
Le texte et les images offrent, à l'enfant, l'occasion d'éprouver des émotions (conflits , jalousie ….) proches de celles de sa vie mais dans un ailleurs et dans un autre temps. C'est cette mise à distance qui l'aide à se construire, cela fait écho à de l'intime de sa vie quotidienne.
C'est l'enfant lui-même qui s'approprie l'histoire; c'est notre médiation par le livre qui l'aide à grandir .
L'apport de chacune des participantes a enrichi cet après-midi de réflexion (expériences , questionnement) ce résumé n'a pas vocation à en retracer toute la richesse. M.R.Tapin